Stemonitales T. Macbr.
Stemonitidaceae Fr.

 

 

Meriderma echinulatum Mar. Mey. & Poulain
BW2804 – 17.04.2018

 

Merechin1

 

Sporocarpes : sessiles, parfois courtement stipités, souvent des exemplaires serrés en grand nombre.

merechin2

 

Stipe : très court, souvent une simple expansion de l’hypothalle, prolongé par une columelle atteignant les deux tiers du sporocyste

Sporocystes : subglobuleux à ovoïdes, ø 0,9 mm sur 1,5 mm de haut, d’abord gris et brillants tant que le péridium est en place, puis rapidement de la couleur donnée par les spores, brun très foncé.

Péridium : membraneux, luisant, rapidement évanescent, subsiste sous forme de lambeaux très fins attachés aux extrémités du capillitium.

Capillitum : en branches issues de tout la hauteur de la columelle, ramifiées, anastomosées, avec des terminaisons en forme de ventouse retenant souvent des fragments du péridium.

merechincap
Terminaison du capillitium.

 

Spores : moyennement foncées, irrégulièrement échinulées, 11 à 12 µm.

merechinspores1 merechinspores2

Spores x 1000

 

Habitat, récoltes associées : sur les framboisiers près de la neige fondante, Fort du Mont, Albertville, Savoie. M. spinulosporum se trouvait à proximité, ainsi que Lamproderma echinosporum, L. ovoideoechinulatumL. spinulosporum et Trichia alpina. Nous avons également observé cette espèce en Forêt Noire, mais pas encore dans les Vosges ni dans les Pyrénées.

Observations : le genre Meriderma a été créé par Marianne Meyer et Michel Poulain en 2011. Il se distingue du genre Lamproderma par, entre autres caractères, la présence d’un capillitium dont les extrémités sont très souvent évasées en entonnoir ; elles retiennent des lambeaux d’un péridium évanescent donnant aux sporocarpes un aspect fragmenté reconnaissable déjà à l’œil nu.

 

Contenu : Bernard Woerly - Développement du site : Sylvain Ard