Français Allemand

Cribraria aurantiaca Schrad.
BW0556 – 16.07.2008.

C aurantiaca

Sporocarpes : jusqu’à 2 mm de haut, stipités, par petits groupes ou disséminés.

Stipe : 1,5 mm, brun foncé à brun-rougeâtre, régulièrement atténué de la base au sommet, plus clair sous le sporocyste, fréquemment recourbé à cet endroit ce qui fait pencher le sporocyste.

Sporocystes : sphériques, 0,5 mm de diamètre. Filets à mailles régulières, carrées ou triangulaires, nœuds épaissis par des granules brunes de diamètre inférieur à 1 µm, ces dernières recouvrant parfois le filet d’un nœud à l’autre. Nœuds allongés. Rares extrémités libres.

Péridium : fugace, restant sous forme d’une cupule basale, atteignant du quart à la moitié du sporocyste, couleur châtaigne, à bord orné de granules (prolongement des nœuds).

test
Péridium à la base du sporocyste

Spores : sphériques, diamètre 7 à 8 µm, jaunes, lisses, avec des inclusions plus foncées. Sporée en masse de couleur jaune vif caractéristique sur le frais, devenant plus terne avec le temps, contrastant avec la couleur châtaigne du calicule et la couleur foncée des nœuds du filet.

Spores x 1000
Spores x 1000


Hypothalle : brun foncé, commun à un petit groupe.

Plasmode : couleur verte.

Habitat, récoltes associées : en forêt domaniale de Hanau, sur un tronc de Pin sylvestre au sol depuis la tempête de 1999, entièrement recouvert par la végétation herbacée (Molinia caerulea essentiellement) et diverses bryophytes. Six autres espèces de myxomycètes se trouvaient sur ce tronc, abritées par la végétation:
- Cribraria cancellata var. fusca
- Cribraria argillacea
- Trichia decipiens

- Physarum album
- Arcyria cinerea
- Stemonitis sp.


Observations : cette espèce est proche de Cribraria persoonii Nann.-Bremek. et de Cribraria vulgaris Schrad. Néanmoins, lorsque les sporocystes sont frais, la couleur vive de la sporée permet une détermination sur le terrain. Elle est confirmée par l’examen microscopique des spores qui présentent des inclusions jaunes caractéristiques. Si la couleur vive de la sporée fraiche s’éteint au fil du temps et devient beige, celle des inclusions reste bien visible même après plusieurs années, ainsi que nous avons pu le constater sur un échantillon (BW0361) datant de juillet 2007 et observé en janvier 2017.
Autre caractéristique : le plasmode est vert, couleur que nous avons pu observer à l’occasion d’une récolte dont les sporocarpes étaient encore en cours de maturation.
Cette espèce est donnée comme courante par plusieurs auteurs : NANNENGA-BREMEKAMP (1989), KRIEGELSTEINER (1993), BAUMANN et al. (1995), ING (1999). (liens). Nous l’avons nous même rencontrée plusieurs fois : une fois en 2007 dans le Gers (BW0361), quatre fois en 2008 dans la réserve naturelle du Rothenbruch (BW0555, BW0556, BW0625, BW0626), une fois en 2009 à la source de l’Entenbaechel dans les environs de Bitche en Moselle (BW0818), et une fois en 2010 à nouveau sur le site du Rothenbruch (BW0969). Les récoltes ont toutes été faites sur pin sylvestre.

 

 

Contenu : Bernard Woerly - Développement du site : Sylvain Ard