Trichiales T. Macbr.
Trichiaceae
Chevall.

 

Oligonema flavidum (Peck) Peck
BW3430 – 25.09.2020

 

Sporocarpes : sessiles, jaunes, brillants, en forme de petits cylindres allongés et plus ou moins anguleux, jusqu’à 1 mm de long pour 0,4 mm de diamètre ; deux petits groupes respectivement d’une soixantaine et d’une vingtaine d’individus, et également des exemplaires isolés.

BW3430-OLIGO-FLAV

BW3430-OLIGO-FLAV2

 

Péridium : simple, jaune, brillant, surface intérieure ornée de lignes et de verrues très fines.

 BW3430-OLIGO-FLAV-PERID

 

Capillitium : élatères munis de très fines verrues, souvent alignées comme des anneaux, aux extrémités arrondies, diamètre 3 à 4 µm.

BW3430-OLIGO-FLAV-CAP1 BW3430-OLIGO-FLAV-CAP2

 

Spores : en masse jaune vif, plus claires en lumière transmise ; crêtées-réticulées, avec 5 à 10 mailles visibles par hémisphère, certaines parfois incomplètes ; 10 µm plus crêtes de 1 µm.

BW343-OLIGO-FLAV-SPORES1 BW3430-OLIGO-FLAV-SPORES2

 

Habitat, espèces associées : sur bois mort non identifié, très décomposé, imbus car ayant séjourné dans l’eau ; Arcyria incarnata se trouvait à proximité sur le même type de support.

Observations :
- la récolte a été faite sur un tas de végétation mêlant plantes aquatiques, feuilles mortes et débris ligneux, issus du nettoyage régulier d’une grille située en amont de l’étang de Baerenthal (57) sur le cours d’eau de la Zinsel du Nord, dans une aulnaie.

BW3430-GRILLE2 BW3430-GRILLE


- les sporocarpes ne semblaient pas vieux, ils ont été découverts au lendemain d’une journée de pluies intermittentes survenues après une longue période de sécheresse estivale et une chute brutale des températures.
- il s’agit de notre première observation de cette espèce. Elle semble rare, le GBIF n’en mentionne que 318 occurrences, la dernière récolte en date pour la France ayant été faite le 02.09.2002 par Marianne Meyer à Angervilliers (91).
- cette observation porte à 3 le nombre d'espèces rares rencontrées dans cette aulnaie de Baerenthal :  nous avons observé en  2003 Diderma simplex (rare) et en 2010 Badhamia lilacina (pas fréquent).

Contenu : Bernard Woerly - Développement du site : Sylvain Ard